samedi 29 septembre 2012

Des robots et des hommes

J'ai gribouillé ça il y a il y a plusieurs années et je suis en train de revenir sur le concept où l'histoire se déroule dans des années 40 fictives où les robots ont acquis droits et liberté. Ils se sont organisé en une «société» calquée sur leurs créateurs avec tout ce qui vient avec. Le style graphique est complètement différent de ce que je fais d'habitude où j'entremêle joyeusement la ligne claire et le clair-obscur.

J'avais imaginé le robot-détective, parfaitement élaboré sur l'image classique des polars des années 50. Je voulais faire de lui le personnage principal, véritable fouille-merde qui s'attirerait bien des ennuis.
 Ça c'était le robot-ouvrier qui trempait aussi dans les affaires louches. Je n'avais pas encore élaboré quoi au juste puisque les robots ne sont évidemment affectés par la boisson ou les cigarettes.
Il était évidemment flanqué d'un «gorille», prêt à mettre un adversaire en morceau et à en vendre les pièces.
 
J'avais aussi imaginé une sorte de «morgue» où les robots «hors-fonction» étaient soigneusement examinés. Dans cette scène un robot a été assassiné, son CPU mis en morceau et sa mémoire grillée. Il est irrécupérable et le détective discute ici avec le technicien afin de mener son enquête. 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire