dimanche 26 décembre 2010

Zizique


Cliquer pour agrandir

Imaginez, vous êtes prisonnier dans le cachot sombre et humide d'un château perdu et voilà que pour ajouter à votre misère le gôelier, sorte d'Igor à la gomme, fait sa ronde en écoutant de la musique d'un goût discutable dans son truc mp3. Misère! 

Comme toujours, c'est gribouillé au crayon 2B. 

mercredi 22 décembre 2010

Excusez-moi mon brave...


Cliquer pour agrandir

Je me suis bien bidonné à gribouiller cette petite scène amusante où un ours se fait apostropher par un avocat en droit animalier. Le plus drôle, je crois, a été de donner à l'ours une bouille qui donne un p'tit air sceptique mais qui semble en même temps considérer la proposition.

jeudi 9 décembre 2010

Cheeze


Cliquer pour agrandir

Encore une fois des gribouillages sans autre but que de m'amuser à jouer avec les expressions. Pour les besoins de la cause j'ai fait ce petit exercice sur un personnage que j'avais un jour dessiné pour un gag concernant un dentiste. Ici, c'est du crayon 2B (as always) sur du papier très proche de nul-à-chier.

dimanche 5 décembre 2010

Et hop!




Avoir un blogue de dessin c'est bien agréable mais bon, pour y mettre des dessins ça prend un appareil pour numériser. Voilà ti-pas que celui que j'avais depuis une bonne dizaine d'années a décidé comme ça de fonctionner tout croche puis, de ne plus fonctionner pantoute. 

Heureusement j'ai un ami qui m'a gentiment fait cadeau du sien car il s'est procuré un modèle qui numérise, copie, faxe, fait le café (espresso), sert de micro-ondes et peut aussi promener le chien. Alors voilà, ce nouveau numériseur qu'il m'a gracieusement offert (et qui ne fait que numériser) me permettra d'ajouter de nouveaux barbots avec une régularité plus ou moins raisonnable.

Le barbot du jour remonte à quelques années, c'était le temps où j'avais encore une bagnole et que la saison hivernale, en raison de tous ses désagréments, me donnait de l'urticaire. Les incessantes "grattes" qui formaient des murailles de neige humide (donc lourde) et impossible à pelleter à moins d'avoir un marteau-piqueur faisaient partie de ces désagréments. Désagrément qui fait l'objet du gag d'aujourd'hui.