mercredi 22 décembre 2010

Excusez-moi mon brave...


Cliquer pour agrandir

Je me suis bien bidonné à gribouiller cette petite scène amusante où un ours se fait apostropher par un avocat en droit animalier. Le plus drôle, je crois, a été de donner à l'ours une bouille qui donne un p'tit air sceptique mais qui semble en même temps considérer la proposition.

1 commentaire:

  1. Le petit doigt relevé et l'air doux-dingue de l'avocat sont priceless.

    RépondreEffacer